L’Algérienne selon Fanon

L’Algérienne selon Fanon : le cheval de Troie de la Révolution

Abstract:

En 1959, Fanon décrit un jeu d’échecs où la victoire appartiendra à qui capturera la reine : l’Algérienne et son voile, au centre de cette révolution décoloniale, deviennent « l’enjeu d’une bataille grandiose » (19). Dans ma recherche, je remets en question la représentation fanonienne de l’Algérienne comme active de son plein gré. Le regard de Fanon incarne parfois ce qu’il dénonce : une certaine myopie masculine voire orientaliste qui révèle une instrumentalisation des femmes par la France (culturellement), par le FLN (militairement) et par l’auteur lui-même (politiquement). Voilée ou dévoilée, l’Algérienne demeure un Cheval de Troie : décisif certes, mais transporteur passif d’armes ou d’idéologies.

Corpus: Fanon, Frantz, L’An V de la révolution algérienne, Paris, La Découverte, 2001 [1ère édition, Paris, Maspero, 1959].